1. Accueil
  2. Rechercher

Posted on 4th Oct, 2018 in GR Balades et randos

SUR LES VOLCANS D'AUVERGNE : MES SENTIERS PREFERES

J'ai parcouru cet été et au printemps dernier de magnifiques circuits des Monts du Cantal au Puy de Dôme, en passant par les crêtes du Sancy, la vallée de Chaudefour et la chaîne des puys, en voici le récit. Habitué à mes balades en terre occitane et mes randonnées pyrénéennes, cette escapade au pays des volcans est, pour moi, une découverte ! P1120883.JPG

LA PREPARATION

Premier travail avant de partir : bien délimiter le territoire , ouvrir les cartes et les ouvrages spécialisés et pointer les sites retenus en fonction de l'intérêt que je porte à cette région!

Au cœur du Massif Central , l'Auvergne couvre 4 départements (Allier, Cantal , Haut-Loire, Puy-de- Dôme) ainsi qu'une partie du Limousin (Creuse, Corrèze, Haute-Vienne) sans oublier le parc naturel régional des volcans d'Auvergne, le plus vaste de France.

Pour une première approche, j'ai sélectionné le nord de l'Auvergne, volcanique par nature et ces deux massifs : la chaîne des Puys (Monts Dôme) et le Massif du Sancy (Monts Dore) qui regorgent de fantastiques paysages, modelés par l'activité éruptive. On passera ainsi des Monts Dôme aux doux reliefs permettant de « papillonner » aisément d' un volcan à l'autre aux lacs, vallées, et crêtes du Sancy plus « montagnardes ».

Pour compléter ma sélection, c'est dans le gigantesque « chaudron » du Cantal - le massif volcanique d'Europe le plus important en superficie-, incontournable, que j'irai tracer quelques itinéraires, sur les pentes du puy Mary et du Plomb du Cantal. Le décor est planté , il est alléchant !

Plusieurs itinéraires de grande randonnée sillonnent la région : GR30 qui propose le tour des lacs d' Auvergne et celui de la chaîne des Puys ; le GR 4/ GR400 , le GR des hauts plateaux et monts d' Auvergne ou encore le GR 65, la via Podiensis de Compostelle. Plutôt que de partir pour un long trek, j'ai fait le choix de découvrir- dans un premier temps- l'Auvergne en boucle, en n'y laissant qu'une très modeste empreinte pédestre.

LES RANDONNEES ET BALADES

1. LES MONTS DU CANTAL

Histoire géologique

Nous avons comme image d'un volcan, une montagne en forme de cône ! Lorsque par l'A75 venant du Sud nous pénétrons dans le Parc Régional des Volcans d' Auvergne et à l'approche des Monts du Cantal, c'est un paysage surbaissé aux pentes quasi nulles d'un cône très aplati que l'on découvre, avec ses belles vallées verdoyantes, ses prairies d'altitude où broutent les vaches Salers. Avec ses maisons paysannes de laves et de lauzes, ses burons qui sentent bon le fromage, c'est une image paisible d'un volcan que nous avons ! Difficile d'imaginer que nous pénétrons au cœur d'un vaste édifice volcanique de 70kms de diamètre, d'une superficie de 2500km2 et qui dépassait largement les 3000m d'altitude. Un volcan plus haut que l'Etna et qui a émis au cours de ses éruptions successives un volume total de laves de 400km3.. L'histoire géologique du volcan est compliqué. Sur ses pentes , depuis la première éruption qui a débuté il y a une douzaine de millions d'A et la dernière qui s'est achevée il y a 2Ma, . ce sont succédés des épisodes et des périodes de construction, de destruction et de repos Le volcan du Cantal est un stratovolcan qui a émis en divers points différents types de laves et dont la hauteur a été fortement réduite. Aujourd'hui, sur ses flancs et au cœur de l'édifice, emportés par d'énormes glissements, s'accumulent et s'étalent sur 20 à 30km les avalanches débris et matériaux des coulées, les planèzes entaillées par des vallées glaciaires rayonnant radialement à partir du centre du massif.

De ce massif, il ne reste plus qu'à aller découvrir les emblématiques sommets pour se rendre compte aussi que les monts du Cantal sont une authentique montagne lorsqu'on s'engage à pied sur ses pentes et sur ses crêtes.

Un sentier relie le Puy Mary (1783m) et le Plomb du Cantal (1856m), nous allons réaliser ce cheminement de crêtes et l'ascension des deux sommets par deux boucles en partant chaque fois de la station de Super Lioran. La beauté des paysages rencontrés en chemin est époustouflante !

DE SUPER LIORAN AU PUY MARY EN PASSANT PAR LE PUY DE PEYRE-ARSE

Une boucle de 19,7kms pour un dénivelé de 850m. Un véritable parcours montagnard ! (Nous suivrons sur cette boucle – grande partie- le balisage du GR400.

Nous partons de Super-Lioran (1230m d'alt), nichée au milieu des sapins la petite station de ski est déserte à cette saison. Nous trouvons facilement notre point de départ (balise rouge et blanche). Nous sommes bien sur un volcan, le sentier est basaltique et nous commençons par une petite montée forestière dans l'ombre et la fraîcheur des hêtres, des sorbiers et des épicéas.

P9150012.jpg

Au bout de 3kms vers 1525m , nous débouchons hors de la forêt. Le sentier s'étrécit et toute la crête se dévoile devant nous. Malgré cet été caniculaire, visible ici aussi, moins intense qu'au printemps, même si les graminées et les hampes de gentiane sont fanées, le couvert végétal garde encore un peu sa couleur verte au grand bonheur des vaches de Salers !

P9160142.jpg

A ma gauche, un cône. Un cône parfait de 100m de haut. Le puy Griou (1690m). Par la beauté de cette géométrie, il symbolise à lui tout seul ce qu'est le volcan du Cantal. Comme un totem , il se dresse en son cœur. Hélas , nous n'aurons pas le temps d'aller faire sonner nos chaussures sur les flancs de cette cheminée de lave solidifiée, cette pointe de phonolite rescapée des érosions. Nous y reviendrons !

P9150058.jpg

Nous poursuivons notre chemin de crête.(4,6km - 1528m) la pente est douce , nous passons le col de Cabre. Devant nous se dresse le flanc escarpé du Puy de Peyre Arse (1806m) ( Nous l'oublions pour l'instant , nous l'attaquerons à notre retour par son flanc W moins raide!) Nous filons , nous aussi vers l'W sur cette magnifique arête des cimes, qui offre un panorama sublime, qui domine la belle vallée verdoyante de la Jordanne (sa source n'est pas loin !) et celle de la Santoire pour nous diriger vers notre objectif du jour : le puy Mary dont nous apercevons le sommet. Mais avant d'en faire l'ascension il faudra franchir un obstacle : la brèche de Roland.

P9150039.jpg

Non, je ne rêve pas, je ne suis pas à Gavarnie, dans mes Pyrénées, mais en Auvergne ! C'est un passage escarpée, une entaille dans un filon de trachyte qu'il faut escalader et désescalader (au passage, j'encadre dans cette échancrure par une belle photo , mon Fuji Yama , je veux dire le Puy Griou, toujours lui!) Il ne nous reste plus qu'à aller se dresser à la cime du Puy Mary.

P1120692.JPG

8,6km . Le Puy Mary (1783m) est, avec son voisin de Peyre Arse et le Plomb du Cantal de l'autre côté de cette caldeira, un des sommets majeurs du Massif Central. Victime de sa beauté, le puy Mary a été ravagé par une cohorte de touristes , il est aujourd'hui protégé et on n' accède au sommet de ce dôme de trachyte que par des passages aménagés. 500 000 personnes le gravissent chaque année ! Superbe panorama, nous découvrons du haut de cette pyramide à 4 côtés, par un temps splendide et une superbe luminosité, la plupart des monts du Cantal et les massifs et plateaux environnants, Monts Dore et le Cézalier , etc …

P1120696.JPG

Nous descendrons par l'allée de béton (il faut çà pour sauver le puy Mary!) jusqu'au Pas de Peyrol ( il est le point de départ principal de la montée du Puy Mary : 200m d'ascension bétonnée . Le parc à voitures est plein. Un peu à l'écart je médite sur la douceur de l'herbe, sur l'important agent d' érosion que peuvent être les touristes , tout en dégustant mon sandwich au jambon d'Auvergne et au Saint-Nectaire, taillé dans deux belles tranches de pain de campagne !

P1120710.JPG

Nous laissons les terrasses de café et le col où convergent 3 routes , pour continuer notre boucle.

9kms3 – 1581m. Nous sommes à mi-parcours. Nous contournons le puy Mary par le N par une sente qui se fraye un passage au milieu des myrtilles. Les pentes ont pris un belle couleur ambrée de début d'automne. Nous repassons la Brèche de Roland. Pour nous engager sur le flanc W du Puy de Peyre Arse.

P1120702.JPG

La sente est un peu ravinée, mais rien à voir, avec celle du Puy Mary, la fréquentation est moindre. Constitué de coulées de trachyandésite, du haut de ses 1806m le Puy de Peyre Arse nous régale ( le temps de déguster ma petite boîte de sardines et ses oméga 3!) d'une solitude, d'un silence et d'un panorama exceptionnel sur ces volcans endormis. (17h. 13,5km)

P1120709.JPG

Au col de Cabre, nous retrouvons notre itinéraire du matin. Le Puy Griou (!) se laisse admirer une dernière fois sous une autre lumière.

P1120712.JPG

Un kilomètre plus loin, nous emprunterons une variante du GR pour passer par le joli buron de Meige Costes (16km-1441m) aménagé en refuge qui domine la haute vallée de l' Alagnon. Le lieu est paisible et offre une belle vue sur le Rocher du Bec de l'Aigle (1700m).

P1120714.JPG

Il ne nous reste plus qu' à pénétrer dans la forêt et de rejoindre Super-Loiran. La boucle est bouclée (19,7km)

Cette balade a été effectuée à la mi-septembre. La nature y est moins luxuriante qu'au printemps et en été et se laisse gagner petit à petit par le sommeil. L'automne est là. Les températures sont encore agréables et supportables et les risques d'orage sont moindres. L'itinéraire est praticable par tous,même s'il comporte quelques passages caillouteux ou rocheux. Mais son dénivelé total et sa longueur non négligeable, nous rappelle que la montagne reste la montagne et exige un bon équipement et un minimum de prudence en cas d'intempéries.

DE SUPER LIORAN AU PLOMB DU CANTAL EN PASSANT PAR LE PUY DU ROCHER

Une boucle de 17,8kms pour un dénivelé de 1040m. De longues montées et descentes à découvert sur des pistes caillouteuses en fin de parcours.

Nous repartons de la station de Super-Liauran. Cette fois-ci, ce sont les pistes de ski de la station du Plomb du Cantal et leur équipement que nous allons découvrir !!!!

Ce second circuit qui parcourt les crêtes du Cantal emprunte lui aussi, en partie, l'itinéraire du GR400.

P1120724.JPG

La station est vide. Il est facile de s'orienter et de repartir à l'opposé d'hier sur le GR400. Mauvais début, c'est par une piste de ski que nous commençons notre journée de marche. Peut-être une noire ?! Je pense à mes volcans.

P1120727.JPG

Heureusement, très rapidement , le GR a la bonne idée de bifurquer dans les bois. Devant nous, un groupe de randonneurs continue tout schuss (!) la montée vers le Plomb du Cantal.

P9160120.jpg

Une fois de plus j'apprécie , ce démarrage en sous-bois où la vigueur de la pente n'est pas apparente ! Mais , à la sortie de la forêt au bout de 3km , à 1500m d'altitude, en découvert, par une série de lacets serrés, elle se présente devant nous. Je comprends qu'il est plus facile d'emprunter le téléphérique pour accéder au sommet! Inutile d'y penser et d'espérer , il n'est plus en service depuis le 9 septembre.

P1120728.JPG

C'est à ces lacets qu'il faut s'attaquer. Je suis rapidement dépassé par un randonneur, mais, je suis rassuré 40 ans doivent nous séparer et Christian, mon cousin, 4 ans nous séparent, n'est pas si loin ! Après 150m de dénivelé et une ½ heure de montée, je tiens ma cadence (300m/h!) d'autant plus que j'arrive sur un replat , celui de l 'Aiguillon qui me permet de souffler .

P9160124.jpg

Belle vue aérienne sur la station du Lioran . J'ai presque fait 4km et je suis à 1650m d'altitude. Rapide calcul , j'ai monté sans interruption 445m. Je m'encourage: encore 1km, un passage équipé de quelques barreaux métalliques pour passer une barre rocheuse (une brèche sans doute!) qui me propulse sur le premier belvédère du circuit : le Puy du Rocher, 8mA d'âge !.

P9160149.jpg

Altitude au sommet 1813m . Dénivelé 563m. 2h. Tout va bien !

P1120732.JPG

D'autant plus que sur ce sommet parsemé de blocs, le paysage se découvre sur 360°.

P1120736.JPG

A vol d'oiseau , le Plomb du Cantal est tout à côté, à 1500m et tout en bas, sur l'autre versant il faut 2700m à vol d'oiseau et 400m de descente pour arriver au col de Prat de Bouc.( Altitude 1396m). A la vue, du nombre de toits de voitures qui brillent au soleil, c'est a mon avis, l'attrait du restaurant gastronomique qui se trouve au col qui attire les touristes-gourmets !

P1120741.JPG

Bien que dégradé par le tracé de pistes de ski , la descente est belle à cette saison à travers les alpages où paissent les troupeaux. On est passé au Pas des Alpins  à 1750m!. .

Le chemin de randonnée (balisage jaune) coupe les pistes , traverse quelques pacages aux passages sécurisés. Dans cet espace ouvert , la descente à faible pente est agréable.

Un peu à l'écart du restaurant , je fais ma pause gastronomique pour 3,70€ avec ma boîte de sardines millésimées !

14h. Nous repartons, pour cette fois-ci monter au Plomb du Cantal (1855m) . Pour 30m seulement, il laisse à son cadet le Puy de Sancy, le titre de plus haut sommet du Massif Central. Nous retrouvons les marques du GR. Relativement plat au départ au milieu des prés , le sentier se redresse ensuite rapidement, devient caillouteux et terreux. Le Plomb du Cantal est situé à la limite S du de la zone centrale du stratovolcan ,

P1120749.JPG

C'est cette position qui nous offre des vues remarquables et qui nous fait oublier la rudesse de la montée. Cerné par des éboulis , le Plomb est le seul pointement basaltique de la zone centrale. Son âge de 2,9MA est le plus jeune des sommets mesurés du stratovolcan. Comptez près de 2h pour arriver au sommet !

P9160159.jpg

Je reconnais vers le N, le puy Mary, gravi hier ainsi que le Puy de Peyre Arse et à l'W le proche et remarquable Puy Griou, des puys beaucoup plus âgés (6,5mA) que notre culot de lave déchaussé par l'érosion , coiffé de son antenne des télécomm. aux pentes recouvertes par les équipements de la station de ski , (pistes, canons à neige, pylônes des remontées mécaniques , câbles du téléphérique),a malgré tout, belle allure dans cet environnement sauvage et dénudé malheureusement défiguré.

12,5km. Nous entamons la descente vers Le Loiran, qui va s'avérer moins agréable que la montée. Pente raide, sol glissant dans les éboulis et sur les pistes de ski, la descente est pénible. Elle finit près de l'ancien Buron des Gardes, sur un chantier, au milieu d'engins de travaux publics qui terrassent une retenue pour le stockage d'eau pour la fabrication de neige artificielle .

P1120754.JPG

On est loin des retenues collinaires ! De belles vaches rousses allaitant leurs veaux paissent aux alentours ne semblant pas être perturbées par la transformation de leur alpage en déversoir à touristes !

P1120752.JPG

Nous rentrons enfin dans la forêt toujours par des pistes, traversons la station déserte à cette saison. Pas une terrasse ouverte pour s'offrir un demi. ! Nous regagnons notre parking.

Que dire en conclusion de ce périple . J'en garderai un souvenir mitigé, des paysages magnifiques avant tout, un cheminement superbe sur l'épaulement du volcan, mais aussi la vision des équipements de la station, qui lui apporte en saison une belle affluence et permet à un nombreux public de jouir de ces grands espaces de solitude que sont nos volcans d' Auvergne !

SUR LA ROUTE

PS : pour ces deux ascension notre camp de base se trouvait au camping de Vic-sur-Cère.

Pour nous rendre à Super-Lioran nous empruntions la N122.et nous pouvions y observer en passant de beaux affleurements volcaniques comme des avalanches de débris au pas de Cère et plus haut au pas de Compaing, de belles coulées de trachyandésites. Aux alentours des Chazes et à l'embranchement du col de Font de Cère, le bord de la route nationale devient clair, il s'agit de trachyte. Enfin la formation rocheuse jusqu 'au tunnel du Lioran est principalement un tuf de maar.

Les travaux d' élargissement d'une route et les formations rocheuses ainsi décaissées offre bien souvent à la curiosité du géologue de beaux affleurements à découvrir !

La vallée de la Cère entre Aurillac et Lioran où l'élargissement de la route s'est fait en entaillant les versants permet une observation aisée des formations rocheuses

2. LES MONTS DORE

Histoire géologique

Les Monts Dore ont une superficie cinq fois plus faible que celle des Monts du Cantal , mais comme eux, ils ont une histoire géologique fort compliquée qui commença il y a une vingtaine de millions d'années et se termina il y a seulement 250 000 ans comptant de nombreux épisodes composées de périodes actives d'éruption, d' accalmies, d'érosion et de créations de vastes caldeiras. Les Monts Dore est la région de France volcanique la plus étudiée, on y a relevé une étonnante diversité de laves et défini de nouvelles roches comme la doréite et la sancyite ! Cette riche activité a ainsi créé le paysage le plus montagneux de tout le Massif Central. Ils sont entièrement volcaniques. Les reliefs actuels en sont les restes, faits de dômes, necks, dykes, cônes … émergeant au-dessus d'une épaisseur importante de produits volcaniques variés. Il est de ce fait difficile d'y reconnaître des structures-types de reliefs volcaniques. Le Puy de Sancy 1885m, en est le sommet. Il est très jeune ! Après un épisode basaltique dispersé entre 1,6Ma et 1Ma, le stratovolcan du Sancy commença à s' édifier vers 900 000 ans, c'est un épisode trachyandésitique qui se termina il y a 250 000 ans. Autre spécificité , liée à la forte activité volcanique et à la chaleur libérée en profondeur par les magmas, ce sont les sources chaudes qui se manifestent en surface et qui font la réputation des eaux thermominérales des Monts Dore.

Une randonnée c'est immédiatement imposé pour découvrir le Sancy , c'est une boucle en crête, en partant du vallon de Chaudefour..

Avant de la réaliser nous nous installerons sur les bords du lac Chambon, près de Murol.

PROMENADE A TRAVERS LA MERVEILLEUSE VALLEE DE CHAUDEFOUR

P9170211.jpg

Nayant qu'une après-midi de libre , après avoir effectué le transfert entre Vic-sur-Cère et Murol , nous avons décidé d'aller découvrir un cirque des merveilles : le vallon de Chaudefour. Dans cette petite réserve naturelle tous les spectacles de la nature volcanique y sont à découvrir : des « monuments » de roche aux formes particulières et aux noms évocateurs, des cascades, l'eau vive de ruisseaux murmurants, des plantes, des bêtes ….

Le chemin qui file au S-W et où s'engage les promeneurs depuis la Maison de la Réserve Naturelle est confortable et à la portée de tous. D'entrée , nous avons de belles vues à travers la haute forêt de feuillus faite de hêtres, épicéas et sapins, mêlés çà et là d'érables, de sorbiers et de bouleaux. Le vallon de Chaudefour est un véritable cirque creusé par les glaciers du Quaternaire, de jolis près mouillés bordent le chemin où de petits ruisseaux font leur lits. Ne manque que dans ce début de promenade bucolique que le gazouillis des oiseaux !

P9170174.jpg

Au bout d'environ 10minutes, en suivant un tout petit sentier, vous trouverez en contre-haut, à gauche, parmi les arbres la ravissante cascade de la Pérouse.

P1120761.JPG

Nous reprenons notre chemin pour arriver au pont de Sainte-Anne qui traverse le ruisseau de la Couze de Chaudefour. Juste avant de traverser le pont , faites quelques pas vers l'amont du ruisseau, sur sa rive droite, vous aller y trouver deux captages de sources gazeuses ferrugineuses où l'eau laisse sur les pierres un dépôt couleur de rouille. Goûtez-là c'est un délice !

P9170184.jpg

Nous avons flâné 45mn et marché à peine1,5km et nous voici arrivé au cœur du cirque où le stratovolcan du Sancy s'effondra voici 2,5mA. Ainsi naquirent ce qu'on appelle aujourd'hui les « monuments » de Chaudefour, de fiers pitons, des dykes, des cheminées figés ici par l'érosion on les nomme : l'Aiguillette, le Moine, le Dôme, la crête de Coq, les cornes du Diable, le Grand Driède, l'Arche et enfin la plus impressionnante la Dent de la Rancune (fréquentée par les varappeurs), tous de pures merveilles de la Nature et qui font la réputation de la vallée de Chaudefour.

P1120768.JPG

Ici, un piquet décoré de traits de couleur jaune, bleu, orange et violet nous indique quatre directions de balade.

Nous choisissons la bleu sur notre gauche.qui doit nous mener au pied de la cascade de la Biche qui est le but principal de cette balade d'une après-midi

Nous traversons la passerelle du ruisseau de la Biche. Nous montons. Pente raide à travers les feuillus et en quelques minutes nous arrivons au pied des 40mètres vertigineux de la cascade qui se jette par dessus le plateau le long des verticales colonnes basaltiques. Avec cette ambiance aquatique chevelue, ces lichens qui ornent les troncs et les branches des arbres, les nuances de vert des mousses recouvrent les éboulis, et les teintes ocre et rouge des parois, le lieu est superbe et prend un petit air réunionnais !

P9170225.jpg

Courte et facile , cette balade de 6km A/R qui se fait en un peu plus de 2h vous enchantera.

Si vous avez le temps - avant de reprendre le chemin du retour et de faire une pause-goûter au buron qui se trouve à l'entrée du vallon - continuez le chemin jusqu'au fond du cirque, vous aurez peut-être le chance d'y observer les mouflons et chamois qui peuplent la Réserve et que quelques passionnés guettent avec leur lunette sur les contreforts du puy Ferrand ou celui de Cacadogne.

LA RODAIRE, LE GRAND CIRCUIT DES CRETES DU SANCY

Le point culminant du Massif Central est facilement accessible… si vous avez pris le téléphérique  depuis la gare de la ville du Mont Dore ou de Super-Besse . Ce n'est pas notre choix !

Nous avons choisir de repartir de la vallée de Chaudefour et d'entreprendre le grand et beau circuit de la Rondaire, les crêtes du Sancy.

Ce matin , nous partons tôt. Le parking de la Réserve est quasiment vide. Seuls quelques coureurs de montagne se préparent. Les crêtes du Sancy sont aussi un rendez-vous des trailers , la topographie et le terrain se prête parfaitement à la pratique du trail. Il est aussi magnifique pour des marcheurs ! D'en bas, je repère du S au N les sommets sur lesquels nous allons évoluer tout à l'heure. Je note dans l'ordre, le puy de la Perdrix et le puy Ferrand ; l'arête du Pan de la Grange ; le pic Intermédiaire ; le puy de Cacadogne ; et celui des Crebasses, ce sont eux qui encorbeillent le cirque de Chaudefour. Le Sancy, plus discret, se cache encore derrière eux !

P1120758.JPG

Nous allongeons le pas pour refaire 1,5km d'hier . Juste le temps de nous arrêter à la source Sainte-Anne pour remplir nos bouteilles !

P1120792.JPG

A défaut des mouflons nous croiserons de belles laitières montbéliardes sur notre chemin ! C'est le balisage jaune du Rondaire que nous allons suivre aujourd'hui.

20180918_095212.jpg

Du carrefour des trois sentiers jusqu'au puy Ferrand qui domine le fond du cirque , nous mettrons 2h30 pour parcourir les 4,5km et réaliser confortablement les 595m de dénivelé, qui nous éloigne de façon régulière du fond de la vallée.

20180918_101117.jpg

La montée plus ou moins en lacets à flanc et sous couvert des hêtres est facile et nous mène rapidement sur l'épaule de Rondaire où nous touchons la lande d'altitude. Nous montons tranquillement vers le puy de Champgourdeix , puis vers celui de la Perdrix en foulant de magnifiques pelouses.

P1120802.JPG

La pente qui conduit au puy Ferrand est un enchantement, j'en oublie le déversoir à touristes qui déboule du téléphérique en provenance de Super-Besse pour admirer vers l'W le cône impeccable du Sancy qui se découvre dans toute sa splendeur. Je me sens , aujourd'hui vraiment en montagne, comme j'aime ! Et la vue plongeante sur le vallon de Chaudefour est superbe.

P1120812.JPG

Il ne reste plus qu'à jouer des coudes pour monter au Sancy. Il faut dire qu' »ils » ar(rivent aussi de l'autre côté par le téléphérique du Mont Dore.

Nous arrivons très rapidement au carrefour du GR4 et du GR30 au col de la Cabane. Le Sancy est devant nous. Comme au puy Mary pour éviter la dégradation liée à l'accès est canalisé et aménagé. Mais, le toit du Massif Central vaut bien çà.. 1885m. Table d'orientation. Panorama. Photos et nous redescendons. Faut laisser la place à cette heure de pointe au sommet !

P1120821.JPG

Nous retrouvons le col de la Cabane pour repartir sur le GR4 en direction du N. L'arête de l'itinéraire aérien en bordure de la caldeira est visuel, se déroulent devant nous: le Pan de la Grange , le pic Intermédiaire et le puy de Cacadogne (1735m) où nous ferons une pause casse-croûte au bon jambon d'Auvergne et au Saint Nectaire (ça change de mes sardines et du Babibel!) en compagnie d'une troupe de jeunes militaires arrêtés un peu plus bas au pic Intermédiaire et montés à pied (!) par la piste du Mont Dore.

P1120835.JPG

Un peu plus loin se dresse l'éperon du puy des Crebasses (1762m) qui offre une vie splendide sur les « monuments de Chaudefour » .

P1120830.JPG

J'y planterai un cairn plus modeste pour marquer mon passage.

P1120841.JPG

Ici commence la descente vers Chaudefour.

P1120833.JPG

Nous quittons le GR4 sur une sente elle aussi canalisée par des bordures en fil de fer. Puis nous suivrons le sentier balisé orange qui plonge dans la forêt et saute les rochers de Liadouze avant de venir en lacets, terminer sa course au point de rencontre des chemins de Chaudefour.

P1120848.JPG

La boucle est bouclé par cette belle descente du Sancy en 3h.

Une superbe randonnée aérienne, facile, malgré son dénivelé de 850m et sa longueur totale de 15km que je vous recommande vivement pour une vrai journée de montagne !

3- LA CHAÎNE DES PUYS

Les monts Dômes sont les plus jeunes du Massif Central, ils sont apparus lors d'une période d'activité qui a débuté il y a 95 000 ans pour s'achever il y a à peine 7 000 ans, longtemps après l'arrivée des premiers hommes en Auvergne. Cette longue période présente deux paroxysmes, le premier entre entre 45 000 et 25 000 ans, le second entre 12 000 et 7 000 ans. Avec une soixantaine de « puys », les cônes stromboliens prédominent à toutes les époques ; ils diffèrent par leur taille, leur égueulement , la profondeur de leur cratère ou encore par leur différenciation chimique qui s'est produite en chambre magmatique. La présentation étant faite il ne reste plus qu'à partir en balade !

PUY DE LA VACHE

Cette balade familiale vous emmènera vers l'un des plus beaux décors de la chaîne des Puys, parsemé de scories aux teintes rougeâtres et de panneaux pédagogiques.

P1110848.JPG

Accès : de Clermont-Ferrand, suivre la N89 puis la D2089 en direction de Tulle. Passer le col de la Ventouse, puis tourner à droite vers la maison du Parc des volcans, continuer sur 1 km et se garer sur le parking.

Dénivelé : 300m Durée : 2h30 Distance : 7,7km Carte IGN : 2531 ET Balisage PR (jaune), GR (blanc/rouge)

Les puys de la Vache et de Lassolas, situés sur la boucle, présentent tous les deux un cratère égueulé : lors de l'éruption, ils ont craché simultanément des projections et une coulée de lave, cette dernière emportant les scories et empêchant la formation du cratère d'un côté.

Itinéraire :

Du parking (968m), suivre la route vers le Nord sur 100m, puis prendre à gauche le chemin qui longe une pâture. Au bout (980m), tourner à droite pour suivre le PR. Poursuivre sous les hêtres, les sapins et les épicéas. Au croisement à découvert, continuer vers la droite et prendre à droite le GR30. 200M plus loin, emprunter à gauche le sentier étroit qui monte en raidillon.

DSC09356.JPG

Au replat, laisser le sentier sur la gauche et se diriger à droite pour traverser la carrière de basalte, qui fut exploitée jusqu'en 1980. De là, amorcer la montée vers le puits de la Vache.

L' itinéraire est aménagée avec des rondins de bois afin de limiter l' érosion qui menace les sols meubles de nombreux puys.

DSC_1420_DxO.jpg

Au sommet du cratère éventré (1167m), contempler au sud l' enfilade de volcans dont les plus proches sont les puys de Montchal et de Vichatel, et au loin le massif des Monts-Dore. Suivre l'arc sommital pour observer le puy de Dôme dans la direction opposée, puis descendre à droite sur les rondins de bois jusqu'à la croisée des sentiers (1084m). Monter en face sur la crête du puy de Lassolas (1185m), vierge de toute végétation.

P1110883.JPG

Poursuivre à droite pour en faire le tour et descendre prudemment jusqu' à l' intersection avec le GR30. Le prendre à gauche jusqu'au croisement indiquant à droite la direction de Montlosier, qu' il suffit de suivre pour revenir à la maison du Parc.

Il est bon de s'arrêter à la maison du Parc pour ce familiariser avec ce vaste territoire. Le bâtiment abrite aussi une salle d' exposition temporaire et une boutique qui regorge de topos et de carte IGN.

Pour en faire plus : vous pouvez allonger la balade de 3km , en passant par le puy de Vichatel (1009m)

Et pour un petit trek de 2 jours – en faisant étape à Laschamp -, vous pouvez combiner un itinéraire qui passe aussi par le puy de Dôme ... A vos cartes !

LA MONTEE DU PUY DE DOME

P1120869.JPG

Pour la montée au puy de Dôme, en cas de grosse fatigue … vous pouvez prendre le petit train à crémaillère qui vous mènera au sommet à 1464m d'altitude.

Privilégiez la montée à pied à partir du col de Ceysat (1078m) ; à partir du parking ou stationnent la plupart des touristes qui viennent gravir le puy de Dôme. Longue de 2,5kms, l'ascension dure 45 minutes à 1 heure.

Gravissant en lacets les 350 mètres de dénivelé qui mènent au sommet du puy de Dôme, le sentier des Muletiers est l'ancien chemin qui, dit-on, conduisait les pèlerins au temple de Mercure. Ce sentier est balisé en jaune et comporte plusieurs pupitres d’interprétation.

Le chemin débute au-dessus des quelques bâtisses du col. Un panneau explicatif indique clairement le chemin, globalement droit vers le sommet.

Le chemin est large, fréquenté, ombragé au départ. Après quelques centaines de mètres, on atteint assez rapidement la route et les rails du train panoramique (1158m)

Le chemin continue en face, un peu plus en graviers et en rochers, mais reste large et abrité par la végétation au départ. Attention, la pente est soutenue, et ne marque plus de pause jusqu'au sommet. Quelques bancs sont là cependant si le besoin s'en fait sentir.

Petit à petit, la végétation disparaît, les lacets se font de plus en plus resserrés, et une très belle vue prend sa place sur le Sud et la Chaîne des Puys. La fin de la montée se passe dans cette ambiance râpée, intense, aérée.

Vous arrivez au niveau de la gare du petit train !(1417m) Encore quelques marches à gravir pour atteindre le sommet !1464m ! Vous y êtes !

DSC_1493_DxO.jpg

Ne vous attendez pas toute fois à pouvoir contempler la nature avec sérénité.

P1110907.JPG

Il y aura forcément du monde, entre l'arrivée du train, le restaurant, les parapentes qui décollent et le temple de Mercure.

Mais du sommet la vue est cependant superbe ,

DSC_1502_DxO.jpg

En faisant le tour du dôme par le chemin des Chêvres, la vue englobe un panorama sur les volcans éteints de la chaîne des Puys et sur la ville de Clermont-Ferrand.

Vous redescendrez par le même chemin …. ou par le petit train !

NB. Cette page sera mise à jour au fur et mesure de mes prochaines balades en Auvergne.

(A suivre)

REMERCIEMENTS:

A Christian, pour m'avoir accompagné dans cette balade et fourni de magnifiques photos.

A Brigitte et Alain, pour nous avoir laissé à disposition la maison familiale de Nébouzat pour nos deux séjours en Auvergne

BIBLIOGRAPHIE:

J'ai utilisé pour choisir mes sentiers:

Le guide Rother AUVERGNE les 50 plus belles randonnées et les pages d' Yves Paccalet MES PLUS BELLES BALADES EN FRANCE , 100, itinéraires sauvages

et pour les références et notes géologiques

Le guide des Volcans de France; BRGM éditions et le Guide du relief du Massif central ; éditions gap

Discussion

No comments yet.